Crowdmap du patrimoine affecté par le tremblement de terre survenu en Italie

septembre 8, 2016

AIDEZ-NOUS À RECUEILLIR DES INFORMATIONS

Crowdmap for heritage in the Italy earthquake

Une série de tremblements de terre dévastateurs a frappé l’Italie centrale, le 24 août 2016, entraînant la mort de 296 personnes. Les premières secousses de magnitude 6,2 et 5,5, suivies de répliques atteignant une magnitude de 4,5, ont provoqué la destruction et de graves dommages aux villages montagnards d’Amatrice, Accumoli, Arquata del Tronto, ainsi qu’à d’autres cités historiques dans les régions du Latium, d’Ombrie, des Marches et Abruzzes. Des dommages causés par le séisme ont été signalés dans toute la région.

L’ICCROM a créé le Centro Crisis Culturale Crowdmap, en collaboration avec l’association CHIEF – Force internationale d’urgence du Patrimoine culturel – et CESMAR7 – Centro per lo studio dei Materiali per il Restauro. Lire suite…


Projet Leadership du patrimoine mondial signé avec l’UICN

septembre 7, 2016

World Heritage Leadership Project signed with IUCNL’ICCROM a signé un contrat de partenariat de six ans – Leadership du patrimoine mondial – avec l’Union internationale pour la conservation de la nature et des ressources naturelles (UICN) lors du Congrès mondial pour la conservation de l’UICN tenu à Hawaii, aux États-Unis. Rendu possible grâce à un généreux financement de la Norvège, le projet de partenariat marque de nouvelles étapes quant à l’amélioration de la conservation de la nature-culture telle que recommandée par la Convention du patrimoine mondial, et vise à soutenir la contribution des sites du patrimoine mondial au développement durable.

Le Leadership du patrimoine mondial vise à renforcer les compétences des praticiens qui y travaillent, par le biais de la Convention du patrimoine mondial. Il prend en compte l’ensemble des pratiques de conservation afin que le patrimoine mondial assure le leadership permettant d’apporter des innovations et l’excellence dans le secteur de la conservation. Cet intérêt, qui va au-delà du patrimoine mondial, marque une nouvelle approche du partenariat durable entre l’ICCROM et l’UICN, deux organes consultatifs du patrimoine mondial à la fois culturel et naturel. Lire suite…


Début du cours sur la conservation du papier japonais

septembre 1, 2016

Japanese Paper Conservation course begins

L’édition 2016 du cours sur la conservation du papier japonais (JPC) a été inaugurée à Tokyo le 29 août dernier. D’une durée de trois semaines, cet événement hautement spécialisé se tiendra du 29 août au 16 septembre 2016.

Fruit d’une collaboration entre les autorités du patrimoine japonais auprès de l’Institut national de recherche pour les biens culturels (NRICP) et l’ICCROM, le cours est organisé à raison d’une fois par an depuis 1992. Cette session rassemble dix professionnels du monde entier. Pour la première fois, des collègues du Bhoutan, de Croatie et d’Islande se joignent à la formation. Lire suite…


Accord-cadre entre l’ICCROM et l’IRCICA

août 4, 2016

Framework agreement between ICCROM and IRCICALe 12 juillet 2016, à Istanbul, un accord-cadre a été conclu entre l’ICCROM (Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels), par l’intermédiaire de son centre régional de conservation ICCROM-ATHAR à Sharjah, et l’IRCICA (Centre de recherche sur l’histoire, l’art et la culture islamiques).

L’accord a été signé par le directeur général de l’ICCROM, le Dr Stefano De Caro, et le directeur général de l’IRCICA, le Dr Halit Eren. Le Dr Zaki Aslan, représentant régional de l’ICCROM pour les États arabes et directeur du centre régional de conservation ICCROM-ATHAR aux ÉAU, et le Dr Amir Pasic, directeur du département d’architecture de l’IRCICA, étaient également présents.

Lire suite…


Exposition de sculptures – Le Commissaire aux affaires culturelles du Japon

juillet 27, 2016

Cette visite coïncide avec la première exposition en Italie des « Chefs-d’œuvre de la sculpture bouddhiste japonaise »

JPN-group-photo

M. Stefano De Caro, Directeur général de l’ICCROM, a reçu la visite de M. Ryohei Miyata, Commissaire aux affaires culturelles du Ministère japonais de l’Éducation, des Sports, des Sciences et de la Culture. Le but de cette rencontre était de renforcer la collaboration et le partenariat de longue date entre le Japon et l’ICCROM. Le Japon est membre de l’ICCROM depuis 1967 et le deuxième plus grand contributeur de l’organisation.

À l’occasion de cette rencontre, M. De Caro a déclaré : « C’est un véritable plaisir que de réaffirmer la collaboration avec nos collègues de l’Agence des affaires culturelles du Japon.  La relation de l’ICCROM avec le Japon est vitale, car elle permet de soutenir toute une panoplie d’activités, aux niveaux international et régional.  Les prochains cours et ateliers internationaux, Conservation du papier japonais (JPC) et Liens entre nature et culture dans la conservation du patrimoine, ainsi que le Cours régional sur les sites et vestiges archéologiques, qui seront tous organisés au Japon en septembre, ne sont que quelques exemples du vif soutien que le Japon fournit à l’ICCROM ».

Lire suite…


Protéger le patrimoine culturel en temps de crise

juillet 20, 2016

Protecting Cultural Heritage in Times of CrisisLes pertes économiques dues aux catastrophes atteignent aujourd’hui en moyenne 250 à 300 milliards de dollars des États-Unis chaque année, selon le Bilan mondial 2015 sur la réduction des risques de catastrophe, un outil permettant de comprendre et d’analyser les risques de catastrophe à l’échelle mondiale, aujourd’hui et dans l’avenir. Les conflits sont tout aussi dévastateurs. En 2014, chaque jour, quelque 42 500 personnes ont été déracinées par la violence et les conflits (voir le Rapport du Groupe de haut niveau sur le financement humanitaire). Lire suite…


Cours – Suivi du patrimoine mondial au Palais d’été en Chine

juillet 6, 2016

World Heritage Monitoring at Summer Palace, China

Le cours sur la gestion et le suivi des sites du patrimoine mondial avec référence spéciale à la Chine s’est ouvert le 21 juin 2016, au site du patrimoine mondial du Palais d’été de Pékin, en Chine. Il est organisé par l’ICCROM, en collaboration avec l’Académie chinoise pour le patrimoine culturel (CACH), sur invitation de l’Administration d’État du patrimoine culturel (SACH) et s’adresse aux professionnels travaillant dans le secteur des biens classés au patrimoine mondial en Chine et à l’étranger.

Ce cours donne suite à la formation axée sur « la gestion et le suivi des sites du patrimoine mondial avec référence spéciale à la Chine », organisée et mise en œuvre avec succès par l’ICCROM en 2011, sur invitation de la SACH.

Lire suite…


L’ICCROM et l’Afrique

juin 15, 2016

ICCROM and Africa -  Arusha, Tanzania

Durant les mois de mai et juin 2016, l’ICCROM a participé à une série de conférences et séminaires sur le patrimoine africain. Ces événements, qui ont eu lieu en Tanzanie et en Afrique du Sud, ont été l’occasion pour l’ICCROM de réfléchir sur son engagement de longue date en Afrique, de renforcer les liens avec son réseau de professionnels africains et de renouveler son engagement stratégique vis-à-vis de la région, un engagement qui s’appuie sur des succès antécédents tels que les programmes PREMA et AFRICA 2009.

À Arusha, en Tanzanie, du 31 mai au 4 juin 2016, l’unité africaine du Centre pour le patrimoine mondial de l’UNESCO a organisé une conférence sur la conservation et le développement durable du patrimoine mondial en Afrique intitulée « Patrimoine mondial: moteur du développement durable », en collaboration avec le gouvernement de la Tanzanie. L’événement a été inauguré le 31 mai par l’honorable Kassim Majaliwa Majaliwa, Premier Ministre de la République unie de Tanzanie.

La conférence a réuni plus de 100 intervenants dans l’intention de sensibiliser et informer sur le thème de la conservation du patrimoine et du développement durable. Les groupes de travail ont pris en examen le développement social et économique inclusif, la protection de l’environnement et le rôle que peut jouer le patrimoine culturel dans le processus de développement durable.

Le débat a fait émerger la nécessité d’intégrer les systèmes de gestion traditionnels de manière plus efficace dans la gestion globale des sites du patrimoine mondial, l’importance d’impliquer les peuples autochtones et les communautés locales dans le processus de développement et le rôle que le patrimoine peut jouer dans la prévention des conflits et dans la reprise d’après-guerre.

La Déclaration de Ngorongoro qui a été approuvée durant cette conférence contient des recommandations à la communauté internationale, aux États Parties africains, aux partenaires pour le développement, au système du patrimoine mondial et autres parties prenantes, pour l’élaboration de mécanismes visant à s’assurer que le patrimoine soit effectivement un moteur pour le développement durable dans la région.

ICCROM and Africa -  Arusha, TanzaniaL’ICCROM, en tant qu’organe consultatif auprès du Comité du patrimoine mondial, a fait partie de l’équipe spéciale qui s’est occupée de la planification de la conférence. Joseph King, directeur de l’Unité Sites de l’ICCROM, a été le corrélateur de la conférence aux côtés de Mine Pabari de l’UICN. Terry Little, conseiller principal du Directeur général, a fourni un exposé intitulé « L’ICCROM et l’avenir du passé de l’Afrique: une nouvelle stratégie pour l’Afrique. »

La conférence d’Arusha a représenté pour l’ICCROM l’occasion d’organiser un événement qui a réuni plus de 30 professionnels ayant participé aux programmes précédents de l’ICCROM dans la région, y compris aux programmes PREMA et AFRICA 2009 ainsi qu’à d’autres cours et activités du Centre. L’année 2016 marque les 30 ans du lancement du programme PREMA (Prévention dans les musées africains) pour lesquels l’ICCROM a mobilisé un financement et un soutien technique pour la conservation et l’utilisation du patrimoine matériel africain. Ce programme a transformé le paysage du patrimoine africain et a créé une nouvelle génération de professionnels des musées en Afrique. Le programme PREMA a également modifié l’approche de l’ICCROM en ce qui concerne la formation et a conduit à la création d’un programme similaire en 1998, AFRICA 2009, visant à la conservation du patrimoine immatériel de l’Afrique.

L’ICCROM a également participé à deux autres activités au début du mois de mai: le séminaire « Patrimoine mondial africain… Penser à l’avenir » qui a marqué le dixième anniversaire du Fonds pour le patrimoine mondial africain (AWHF) et qui a eu lieu en Afrique du Sud les 3 et 4 mai, sur le site du patrimoine mondial où ont été trouvés des fossiles d’hominidés également connu comme le « berceau de l’humanité ». L’événement a réuni des professionnels du patrimoine, des ambassadeurs, représentants de la communauté, chercheurs et ministres de la culture. Le séminaire s’est ouvert avec le discours de l’honorable Nathi Mthethwa, ministre des Arts et de la Culture de l’Afrique du Sud, et a fourni à l’AWHF et à ses parties prenantes l’occasion de réfléchir sur les réalisations et les défis futurs, ainsi qu’aux stratégies pour les affronter.

Les participants ont débattu sur le passé et l’avenir du patrimoine mondial africain, tout en mettant l’accent sur les éventuelles actions susceptibles de favoriser l’harmonisation de la conservation et du développement, la gestion des effets du changement climatique et des conflits armés, l’amélioration de la participation communautaire et le renforcement des capacités. Joseph King a prononcé l’un des discours liminaires de ce séminaire, intitulé « Développer les capacités: expériences et perspectives en Afrique. » Le document final de cette rencontre a fourni un certain nombre de recommandations visant à guider la communauté du patrimoine africain dans ses futurs efforts de conservation dans ces domaines clés.

ICCROM and Africa - Arusha, Tanzania

Dans le cadre des célébrations pour les 10 ans de l’AWHF, le 5 mai 2016, Journée du patrimoine mondial africain, l’AWHF a organisé un dîner de gala pour rendre hommage aux nombreux acteurs qui ont contribué à renforcer les capacités dans la région. L’AWHF a reconnu AFRICA 2009 comme l’un des programmes de renforcement des capacités les plus réussis du continent et a octroyé un prix à trois professionnels pour les rôles importants qu’ils ont joué dans ce programme. Joseph King a été récompensé pour son rôle dans la mise en place du programme en collaboration avec l’UNESCO et CRATerre-ENSAG, et pour ses efforts dans la promotion de l’implication et de la responsabilisation des professionnels africains dans la gestion du programme. George Okello Abungu, le premier président du Comité de direction et Lazare Eloundou-Assomo, directeur du Bureau de l’UNESCO à Bamako, au Mali, ont également reçu la reconnaissance et les éloges de l’AWHF pour le rôle qu’ils ont joué dans le programme AFRICA 2009.

Trois États Parties, le Kenya, la Namibie et la Côte d’Ivoire, ont été récompensés pour leur travail visant à assurer une plus grande représentation africaine sur la liste du patrimoine mondial. Les membres fondateurs du Conseil de l’AWHF ont pour leur part été récompensés pour leur contribution à la création et la gestion du fonds.

L’ICCROM, avec le soutien de ses 135 États membres et sur la base de ces expériences souhaite collaborer avec les institutions et les populations africaines pour créer un nouveau programme qui soit innovant et inclusif et visant à accroître la capacité de la communauté du patrimoine en Afrique pour mieux protéger et conserver le patrimoine inestimable de ce continent. Le processus prévoit l’analyse de l’impact des expériences passées, et la prise en compte des enjeux et défis actuels ainsi que les opportunités futures. L’objectif est d’assurer que le nouveau programme puisse aborder la conservation du patrimoine dans le cadre le plus vaste des changements économiques, sociaux, culturels et environnementaux.

 

Voir aussi


Suakin, un carrefour des civilisations en danger

juin 1, 2016

Suakin – a crossroads of civilizations at riskLa ville de Suakin, au nord-est du Soudan, est un site d’une importance historique exceptionnelle et un port vital de la mer Rouge depuis l’antiquité égyptienne. Traversée par les chemins de pèlerinage musulmans et chrétiens, elle servait de point principal de transbordement pour la Hajj, le pèlerinage islamique vers la Mecque, et reliait aussi l’Afrique à Jérusalem pour les communautés chrétiennes qui voulaient voir le Saint-Sépulcre.

Lire suite…


Exposition de CollAsia 2016

mai 20, 2016

Muzium Padi Kedah, Malaisie

COLLASIA EXHIBITION 2016À l’occasion des célébrations de la Journée internationale des musées 2016, un stand d’exposition de CollAsia a été installé au Muzium Padi à Kedah, en Malaisie.

Cette exposition, organisée par les anciens participants au cours CollAsia en Malaisie, en collaboration avec le Département des Musées de la Malaisie (JMM), entend diffuser les messages fondamentaux du programme CollAsia, en impliquant pour cette occasion les professionnels du patrimoine de la Malaisie dans le cadre de cette collaboration régionale et internationale.

Trente-trois musées et d’autres organisations du patrimoine de la Malaisie et d’autres pays ont participé à la Journée des musées 2016. Chaque stand a proposé sa propre approche institutionnelle du thème de cette année, « Musées et paysages culturels ». Parmi les participants, mentionnons le Musée de l’État de Sarawak, qui a accueilli le dernier atelier de CollAsia consacré à « Emballage, Déplacement et Transport des collections » en 2015, et l’université Thaksin de la Thaïlande.

Lire suite…