Roberto Conforti, 1938-2017

août 7, 2017

Roberto Conforti

Roberto Conforti, Général du corps des carabinieri pour la protection du patrimoine culturel (CC-TPC), est décédé le 26 juillet 2017 à l’âge de 79 ans, après plus de 42 années de service.

La longue carrière de Roberto Conforti chez les carabinieri a commencé en 1961. Après avoir été en poste dans différentes régions d’Italie, il est nommé dans le Latium en 1985 et participe alors à de nombreuses actions contre le crime organisé. En 1991, il prend la tête de l’Unité de protection du patrimoine artistique (Nucleo Protezione del Patrimonio Artistico – CC-TPC), qu’il commande jusqu’à sa retraite, le 1er septembre 2002.

L’unité de protection de Roberto Conforti a pu localiser et retrouver des milliers d’œuvres d’art volées dans les musées, les archives, les églises et sur des sites archéologiques ou privés, que ce soit en Italie ou dans plusieurs autres pays. On peut citer par exemple la dalle de Nomentum, qui porte une dédicace à l’empereur Hadrien, ou la Triade capitoline, qui a pu être rendue au Musée civique d’archéologie Rodolfo Lanciani, ainsi que Le Jardinier et L’Arlésienne, deux tableaux de Vincent Van Gogh.

Sous la direction de Roberto Conforti, le département de patrimoine culturel du corps des carabinieri est devenu célèbre dans le monde entier pour le succès de ses enquêtes et ses récupérations d’œuvres d’art.

Le Général Conforti était président de la SIPBC – Società per la Protezione dei Beni Culturali, une association que l’ICCROM soutenait depuis sa création. Roberto Conforti a également présidé l’organisation de l’exposition La bellezza ritrovata – Arte negata e riconquistata in mostra (Beauté retrouvée – l’art renié et reconquis), qui restera ouverte dans les musées du Capitole jusqu’au 26 novembre 2017.

Voir également :


Josef Riederer (1939-2017)

juin 20, 2017

Josef Riederer (1939-2017)Josef Riederer, l’un des plus éminents spécialistes du patrimoine de sa génération, est décédé le 3 juin dernier, à la suite d’une brève maladie.

Diplômé en géologie de la Ludwig-Maximilians Universität à Munich en 1962, M. Riederer a obtenu son doctorat deux ans plus tard. Il a commencé à travailler dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel en 1967 à l’Institut Doerner, auprès de la Bayerische Staatsgemäldesammlung (collections de peintures de l’État bavarois) à Munich.

En 1973, M. Riederer s’est vu confier l’importante mission visant à relancer le premier et plus ancien laboratoire de sciences de la conservation au monde à Berlin. Créé en 1888, celui-ci était tombé en désuétude après la Seconde Guerre mondiale. Une généreuse subvention de la Stiftung Volkswagenwerk avait permis au laboratoire de mener des recherches archéométriques et de réduire l’écart en matière de connaissances qui s’était formé entre les musées nationaux et d’autres institutions similaires établies ailleurs.

Josef Riederer a planifié et mis en œuvre cette nouvelle entité de recherche, alors connue sous le nom de laboratoire de recherche de Rathgen pour la Fondation du patrimoine culturel prussien. Il en a été nommé le directeur en 1974, suivant les traces de Friedrich Rathgen, qui était à sa tête de 1888 à 1928 et de Carl Brittner, qui l’avait dirigé de 1928 à 1948.

Pendant les 30 années qu’il y a passées, M. Riederer a fait du laboratoire une référence mondiale en termes d’archéométrie et de science de la conservation, malgré le défi consistant à convaincre une administration souvent hostile envers le potentiel et l’importance de la discipline émergente que représentaient les sciences du patrimoine. Lire suite…


Abdallah Hamad Muhareb (1946-2017)

mai 9, 2017

Abdallah Hamad MuharebAbdallah Hamad Muhareb, Directeur général de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO), est décédé le jeudi 4 mai, à l’âge de 71 ans.

De nationalité koweïtienne, M. Muhareb a obtenu son doctorat à l’Université du Caire en 1987. Après une brillante carrière en tant que conseiller culturel dans différents contextes, notamment auprès de l’ambassade du Koweït en Égypte, M. Muhareb a été élu au poste de Directeur général de l’ALECSO en 2012. Il a entamé son mandat en 2013 qui a été reconduit en 2017.

Ami et partenaire précieux de l’ICCROM, M. Muhareb avait noué de solides relations de travail avec deux Directeurs généraux de l’organisation, M. Stefano De Caro et M. Mounir Bouchenaki. Au cours de son mandat à l’ALECSO, M. Muhareb a fortement encouragé la collaboration entre l’ALECSO et l’ICCROM ainsi que son Centre régional de conservation ICCROM-ATHAR, sur les activités de renforcement des capacités des institutions officielles du patrimoine dans la région arabe. Lire suite…


Sok An (1950 – 2017)

avril 18, 2017

HE Sok An
Photo : Pedro França / Ministère de la Culture du Brésil (cc-by-2.0)

L’ICCROM s’associe au peuple cambodgien et à tous les amants du patrimoine qui pleurent aujourd’hui la disparition du vice-Premier ministre cambodgien, Samdech Vibol Panha Sok An, décédé le 15 mars 2017 à l’âge de 67 ans.

Personnalité éminente de son gouvernement, HE Sok An a joué un rôle actif et dynamique dans la gestion et la conservation du patrimoine culturel de son pays, tout comme au niveau international. Le patrimoine cambodgien est exceptionnel, ce qui s’est vivement reflété dans son ferme engagement vis-à-vis de celui-ci, au fil des années.

En tant que président de l’Autorité APSARA, responsable de la gestion de la propriété du patrimoine mondial d’Angkor, Sok An a pris part à toutes les sessions du Comité international de coordination pour la sauvegarde et le développement du site historique d’Angkor (ICC-Angkor), de 2004 à février 2017, date à laquelle il a dû se retirer pour des raisons de santé. Il a veillé à ce que les décisions du Comité du patrimoine mondial concernant Angkor bénéficient constamment de l’attention nécessaire, tout en jouant un rôle clé dans la protection, la conservation et le développement durable du site. Il a également activement œuvré pour que le Temple de Preah Vihear figure sur la Liste du patrimoine mondial, ce qui fut le cas en juillet 2008.

Il a présidé la 37ème Session du Comité du patrimoine mondial à Phnom Penh, en 2013. Cette réunion a coïncidé avec le retour du premier groupe de statues qui avaient été dérobées au cours des années 1970 au temple de Prasat Chen, à Ko Ker. Il a suivi personnellement cette question en travaillant en étroite collaboration avec l’École Française d’Extrême Orient (EFEO), l’UNESCO et le gouvernement des États-Unis, afin de garantir le retour des statues volées restantes. Lire suite…


Donatella Zari (1949 – 2016)

janvier 25, 2017

Donatella Zari (1949 – 2016)C’est avec une profonde tristesse que l’ICCROM fait ses adieux à son amie et collègue Donatella Zari, décédée à Rome le 27 décembre 2016.

Donatella et son époux âgé de 49 ans, M. Carlo Giantomassi, ont travaillé avec l’ICCROM sur de nombreux projets et cours pendant des décennies. Ils ont conjointement assuré la formation sur la conservation des peintures murales de l’ICCROM et ont mené à bien des projets complexes de conservation du patrimoine sur des sites d’importance majeure, aux confins de la planète. Nombreux sont les exemples tirés de l’expérience pédagogique de ce couple qui démontrent leur volonté et capacité de transmettre des idées, des compétences et le savoir à la nouvelle génération de restaurateurs. Lire suite…


COLIN PEARSON (1941-2016)

avril 21, 2016

Colin Pearson receiving ICCROM's Award during the 2003 General AssemblyC’est avec grande tristesse que l’ICCROM a appris la nouvelle du décès de Colin Pearson, professeur à l’Université de Canberra en Australie et membre du conseil de l’ICCROM de 1984 à 1995.

Né dans les Midlands en Angleterre, Colin a étudié à l’Université de Manchester en 1962-66, où il a obtenu sa maîtrise et son doctorat en se spécialisant sur les phénomènes de corrosion. Il a ensuite décroché un contrat de trois ans en tant que chercheur au Research Laboratories de Melbourne. À ce titre, il a dédié une attention toute particulière à la recherche sur la conservation du canon en fer et du ballast abandonnés par le Lieutenant James Cook dans son navire, le HMS Endeavour en 1770. En 1970, Colin a été nommé Membre de l’Ordre de l’Empire Britannique (OBE) en raison de sa contribution à la science de la corrosion.

En 1971, Colin a mis en place le Département de la Conservation du Western Australian Museum à Fremantle, en se spécialisant dans le traitement de matériel archéologique provenant des épaves hollandaises et coloniales sur la côte ouest de l’Australie. Il a participé directement au développement de la recherche et de la formation sur la conservation du matériel culturel en Asie du Sud-Est, en Océanie et en Australasie, des régions toutes caractérisées par un climat humide. En 1977, la Commission nationale australienne pour l’UNESCO, Comité pour les musées et les bibliothèques, a recommandé de sponsoriser un séminaire régional sur ce thème. L’année suivante, le gouvernement australien a institué des programmes de formation aux techniques de conservation des objets culturels au niveau de la maîtrise et du diplôme, au Canberra College of Advanced Education (CCAE). Les matières principales comprenaient la conservation de papier, des peintures ou des objets, y compris de matériel archéologique et ethnographique. Colin a travaillé avec le CCAE (appelé par la suite Université de Canberra) pendant 25 ans.

Lire suite…


Paul Philippot (1925 – 2016)

janvier 25, 2016

A Bruxelles, chez lui, le vendredi 15 janvier 2016 au matin, Paul Philippot ne s’est pas réveillé. Il est décédé dans son sommeil.

Paul Philippot était l’un des fondateurs de l’ICCROM, dont il a été Directeur adjoint de 1959 à 1971, puis Directeur jusqu’en 1977. Il a étudié la jurisprudence et l’histoire de l’art, et obtiendra un doctorat dans chacune de ces disciplines. Étudiant, il passe également quelques mois à l’Institut central de la restauration (ICR) à Rome, alors dirigé par Cesare Brandi, et rédige une dissertation sur l’organisation et les politiques de l’institut. Une fois diplômé, il devient professeur d’histoire de l’art à l’Université Libre de Bruxelles. Lorsque l’UNESCO décide d’établir à Rome une nouvelle organisation, le Centre de Rome (qui deviendra l’ICCROM), le Britannique H.J. Plenderleith, scientifique de renom, en est nommé directeur fondateur. C’est Cesare Brandi qui, ayant appris à apprécier l’esprit critique de Paul Philippot, recommande de l’inviter, en tant qu’humaniste, à occuper le poste de Directeur adjoint. Plenderleith et Philippot se partageront alors les responsabilités inhérentes à la direction Centre durant douze ans.

Les premières années, une grande partie du travail de l’ICCROM consiste en des missions et des consultations scientifiques, conduites à la requête de l’UNESCO. Plenderleith voyage ainsi fréquemment pour apporter son conseil sur des questions de conservation ; cela lui donne également l’occasion d’encourager les différents pays à devenir membres de l’institution. Philippot, quant à lui, développe les programmes et les politiques de la nouvelle organisation, dont il rédige l’ensemble des rapports et documents officiels. Parallèlement à la collaboration du Centre avec l’UNESCO, des liens étroits sont tissés avec l’ICOM, l’IIC, et l’ICOMOS. L’un des premiers projets impliquant ainsi l’ICCROM est la Conférence de Venise, en 1964. C’est Paul Philippot qui écrit la première page de l’introduction de la Charte de Venise. Durant plusieurs années, il sera d’ailleurs le Secrétaire du comité international de conservation de l’ICOM.  Lire suite…


Jean-Paul L’Allier (1938 – 2016)

janvier 12, 2016

Jean-Paul L'Allier

Jean-Paul L’Allier, élu quatre fois maire de la ville de Québec, et membre fondateur de l’Organisation des villes du patrimoine mondial, s’est éteint à l’âge de 77 ans.

Considéré comme un « visionnaire ayant consacré sa vie au service public et aidé à faire de la ville de Québec une destination touristique internationale », M. L’Allier avait réuni les maires de 41 villes historiques pour fonder l’Organisation des villes du patrimoine mondial (OVPM) lors d’une conférence tenue à Fez (Maroc) en 1993. Cette organisation a servi de plateforme de discussions sur des questions relatives à la conservation et à l’usage touristique des centres urbains historiques, en particulier par le biais de ses conférences tenues régulièrement dans des villes aussi variées que Bergen (1995), Puebla (2001), Rhodes (2003), Cusco (2005), Kazan (2007), ou encore Quito (2009) pour n’en citer que quelques-unes.

M. L’Allier a été Président de l’OVPM depuis sa fondation jusqu’en 1999. Il a également été maire de la ville de Québec durant seize ans, de 1988 à 2004. Lire suite…


Nobuo Ito (1925 – 2015)

novembre 9, 2015

Dr Nobuo ITOL’ICCROM a reçu avec tristesse la nouvelle du décès de M. Nobuo Ito, survenu à l’âge de 90 ans. M. Ito était un éminent professionnel, dont la contribution au domaine de la conservation japonaise et au développement de concepts internationaux de conservation a été largement reconnue. On pourrait d’ailleurs citer parmi les mérites particuliers de M. Ito son travail assidu en faveur de l’amélioration de la communication entre l’Orient et l’Occident

M. Ito s’est diplômé auprès du Département d’Architecture de l’Université de Tokyo en 1947. Il a ensuite commencé à travailler pour le Musée national de Tokyo, dont il est devenu Directeur du Département d’Architecture. Il obtient par la suite le poste d’Inspecteur principal au Département de la protection des biens culturels de l’Agence pour les Affaires culturelles du Japon ; une fois à la retraite, il est nommé Directeur général de l’Institut national de recherche sur les biens culturels de Tokyo. Il a apporté son soutien actif à l’Association japonaise pour la régénération et la conservation « Machinami», et a lancé, dès 1977, une série de symposiums internationaux annuels sur la conservation et la restauration des biens culturels. Il a aussi enseigné à la Kobe Design University, dont il devient professeur émérite. Il reçoit le titre japonais de Bunkakorosha (personne au mérite culturel) qui récompense ses contributions importantes au domaine de la préservation des biens culturels tout au long de sa vie. Lire suite…