Gestion des risques et des catastrophes

Une culture de résilience : programme de multipartenariat de l’ICCROM

Pourquoi la gestion des risques de catastrophe est-elle une priorité?

En 2013, nous avons mené une étude pour identifier les principaux enjeux en matière de gestion des risques de catastrophe affectant le patrimoine culturel.

Ainsi, les événements météorologiques extrêmes sont en constante augmentation à l’échelle internationale, tant en termes de fréquence que d’étendue spatiale (voir le site du groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques). Ceux-ci provoquent des pertes humaines mais également des dommages à la propriété, y compris au patrimoine culturel et représentent donc une source de préoccupation croissante.

Le Rapport sur le développement mondial de 2011 stipule qu’environ 1,5 milliards de personnes vivent dans des pays affectés par un conflit (voir également les données liées à des conflits à travers le monde). La nature cyclique de ces conflits est tout aussi préoccupante car elle engendre de plus en plus de dommages causés intentionnellement au patrimoine culturel.

Dans un contexte de changement économique mondial et de réduction croissante des financements, il est difficile pour les institutions agissant dans le domaine du patrimoine culturel d’intégrer les politiques et les programmes de gestion des risques à long terme.

Forte de son expérience de plus de 50 ans dans le domaine de la formation professionnelle, l’ICCROM a ainsi lancé une initiative à partenariat multiple sur 10 ans pour renforcer les capacités des communautés dans la gestion des risques de catastrophe en matière de patrimoine culturel.

Cet objectif sera atteint grâce à un effort stratégique impliquant les acteurs qui opèrent dans le domaine de la gestion des risques de catastrophe et du patrimoine culturel. L’objectif est de renforcer les politiques, les institutions et les communautés locales dans les régions à risque (pour plus de détails, voir les documents relatifs au programme).

Activités en cours :

Voir aussi:

Comments are closed.