Promouvoir les approches de conservation centrées sur les personnes : le patrimoine vivant

Living Heritage

Le patrimoine a été créé par et pour les individus, et la beauté de notre monde est décuplée par la richesse que représente le patrimoine culturel. Si les individus et leur contribution à ce patrimoine culturel sont importants, il est souvent plus approprié de travailler avec des groupes ou des communautés. Sur les sites du patrimoine considérés comme une part « vivante » de la communauté, l’engagement est bénéfique pour le patrimoine comme pour la communauté.

Les communautés disposent de capacités et d’atouts qui excèdent les structures politiques ou professionnelles, et qui sont susceptibles de compléter les connaissances et les compétences des spécialistes. Les approches centrées sur les personnes cherchent à exploiter ces capacités en vue de mettre en place une conservation à long terme et une co-gestion pour le bien du patrimoine comme de la communauté.

Les approches centrées sur les personnes s’adressent à un composant essentiel de la gestion du patrimoine – les individus qui sont reliés à ce patrimoine – et s’assurent qu’ils fassent partie intégrante de la préservation de ce patrimoine. De nombreux défis pour la préservation et la gestion du patrimoine exigent que nous portions un autre regard sur ces questions :

  • La nécessité de respecter la diversité, d’améliorer les relations entre patrimoine et individus, et de reconnaître les dimensions vivantes du patrimoine ;
  • Le besoin de reconnaître l’influence du patrimoine sur la vie contemporaine des individus, et la manière dont il peut améliorer leur qualité de vie, en se tournant vers le passé comme le présent, et en valorisant les produits culturels ;
  • La nécessité de repenser l’héritage dans sa globalité en effaçant les strictes frontières délimitant chaque catégorie (par ex. mobilier/immobilier ; tangible/intangible ; culturel/naturel) ;
  • La reconnaissance du rôle de gardien tenu par les communautés dans le cadre de l’entretien à long terme de leur patrimoine (avec leurs systèmes de connaissances traditionnels) et le respect de la voix des personnes dans la conservation et la gestion du patrimoine ;
  • La prise en compte de l’impact de la mondialisation sur les environnements habités, comme les centres urbains historiques et les paysages culturels, ainsi que les liens entre le patrimoine et le développement durable de la société

Tous ces défis demandent de nouvelles approches de conservation et de gestion du patrimoine, qui doivent se distinguer des méthodes conventionnelles.

L’ICCROM, au fil des ans, s’est montré pionnier dans la mise en avant de certains de ces sujets (cf. la conservation comme processus de prise de décision culturelle, conserver le sacré, l’approche du patrimoine vivant, l’évaluation des valeurs des collections comme base de la prise de décision en conservation etc.). L’approche relative au patrimoine vivant, développée par l’ICCROM, a touché à bon nombre des thèmes mentionnés plus haut, et peut se définir comme étant une approche centrée sur les personnes pouvant former un nouveau paradigme, qui placerait la dimension « vivante » du patrimoine au cœur de la prise de décision.

Développer le programme de l’ICCROM pour les sites du patrimoine vivant

L’ICCROM, au fil des ans, s’est montré pionnier dans la mise en avant de sujets liés à la manière dont le patrimoine culturel touche et affecte de nombreux aspects de la vie humaine – la conservation comme processus de prise de décision culturelle, conserver le sacré, l’approche du patrimoine vivant, l’évaluation des valeurs des collections comme base de la prise de décision en conservation, etc. Il est désormais admis que l’importance du patrimoine ne repose pas uniquement sur sa matérialité physique, mais tient également à la manière dont il est valorisé et utilisé par l’ensemble de la société. En particulier, l’Approche du patrimoine vivant développée par l’ICCROM a touché à bon nombre des thèmes mentionnés ci-dessus, et peut se définir comme étant une approche centrée sur les personnes pouvant former un nouveau paradigme intitulé l’Approche centrée sur les personnes, qui place la dimension vivante du patrimoine au cœur de la prise de décision.

Impliquer les communautés

Impliquer les communautés dans les processus de conservation et de gestion est un élément clé des approches centrées sur les personnes : il s’agit de renforcer leur capacité à participer de manière significative à la prise de décision en ce qui concerne la conservation et de gestion, pour eux-mêmes et pour leur patrimoine.

Des débats sur ce sujet existent, et impliquer les communautés peut représenter un véritable défi sur de nombreux sites du patrimoine. Toutefois, une expérience significative a déjà été acquise sur certains sites, en permettant la mise à disposition de publications et d’autres outils afin de partager les approches et délivrer des conseils. En dépit de ses contraintes budgétaires, l’ICCROM s’efforce de dégager les moyens financiers nécessaires pour mettre en place des activités liées à ce domaine de priorité.

Objectifs

Les objectifs à long terme du programme « Promouvoir les approches de conservation centrées sur les personnes : le patrimoine vivant » sont :

  • Reconnaître la relation qui lie les individus à leur patrimoine, en assurant qu’ils fassent partie intégrante de la conservation et de la gestion du patrimoine.
  • Renforcer la compréhension du concept de Patrimoine vivant et défendre les approches du patrimoine vivant.
  • Sensibiliser l’opinion à la nécessité d’impliquer les communautés et aux bénéfices réciproques dégagés pour les communautés comme pour le patrimoine.
  • Renforcer les liens entre les organisations intéressées par les Approches centrées sur les individus.

Activités

  • Le développement et la mise au point de matériel d’enseignement et de recherche pour les Approches de conservation centrées sur les personnes (en cours)
  • Atelier « Promouvoir les approches de conservation centrées sur les personnes : le patrimoine vivant » (2013)
  • L’intégration des Approches centrées sur les personnes et le patrimoine vivant dans le cours sur La conservation du patrimoine bâti.
  • La mise en place d’un cours spécialisé sur L’implication des communautés

Ressources

Comments are closed.