Centre international d'études
pour la conservation et la
restauration des biens culturels
« Zéro déchet » : promouvoir la…

« Zéro déchet » : promouvoir la consommation et la production durables dans le domaine de la formation au patrimoine culturel

Going “Zero Waste”: promoting sustainable consumption and production in cultural heritage training

Cette année marque le 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci (1452-1519) qui, en réaction à l'observation de la nature, aurait écrit : « Il n'y a rien de tel que les déchets. » Le sous-produit d’une industrie doit devenir le point de départ d’une autre. Ses mots sont étrangement pertinents pour expliquer la compréhension de la consommation et de la production durables du monde moderne.

En septembre 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté le Programme de développement durable à l'horizon 2030, assorti de 17 objectifs ambitieux et universels visant à faire face aux défis et incertitudes grandissants dans notre monde. Dans le cadre de sa mission consistant à fournir aux États membres les compétences, les connaissances, les outils et les environnements permettant de préserver le patrimoine culturel sous toutes ses formes, dans l’intérêt de tous, l’ICCROM s’est engagé à œuvrer pour la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

Dans ce contexte, il est à la fois opportun et utile, pour la profession du patrimoine culturel, d'attirer l'attention sur l'objectif de développement durable 12 des Nations Unies : Consommation et production responsables. Cet objectif de développement consiste à promouvoir l’efficacité des ressources et de l’énergie ou, plus simplement, de produire plus et mieux avec moins. À l'heure où la consommation matérielle des ressources augmente, alors que les pays sont confrontés aux problèmes de pollution de l'air, de l'eau et des sols et subissent les véritables impacts du changement climatique, cet objectif de développement durable nous demande de réfléchir aux moyens de minimiser notre impact environnemental à la fois en réduisant les déchets et en faisant des choix judicieux et durables.

Pratiques durables en matière de préservation du patrimoine culturel

Définies pour la première fois lors du symposium d'Oslo, en 1994, la consommation et la production durables concernent :

« L'utilisation de services et de produits connexes, qui répondent aux besoins fondamentaux et apportent une meilleure qualité de vie tout en réduisant au minimum l'utilisation des ressources naturelles et des substances toxiques ainsi que les émissions de déchets et de polluants au cours du cycle de vie du service ou du produit, ceci afin de ne pas compromettre les besoins des générations futures ».

Cette question est devenue une préoccupation de plus en plus importante pour les professionnels du patrimoine culturel. Bien que notre principal souci soit de garantir un environnement plus sûr au patrimoine culturel, nous devons également agir dans le but d'améliorer et de protéger l'environnement plus large qui l'a créé. À cet égard, il convient de se demander si des initiatives à court terme visant à préserver le patrimoine culturel pourraient effectivement affecter sa détérioration future par l'impact du changement climatique. De plus, en tant que professionnels du patrimoine culturel, nous disposons généralement d'une connaissance détaillée du patrimoine culturel que nous préservons ; cependant, cette attention devrait également être étendue aux matériaux et processus utilisés pour promulguer ces soins. Les efforts que nous fournissons actuellement pour prolonger la durée de vie du patrimoine culturel pourraient bien être vains si la survie des générations futures et de leur patrimoine culturel est menacée par des catastrophes environnementales.

Going “Zero Waste”: promoting sustainable consumption and production in cultural heritage training

La préservation du patrimoine culturel doit alors être envisagée sous l’angle de la durabilité environnementale, à savoir comme lorsque la consommation d’énergie, les ressources et la production de déchets sont réduites et que les attitudes sont orientées vers la prolongation de la durée de vie utile des matériaux. Ceci est peut-être plus utile lorsque cela s’applique en tant que processus et non simplement comme objectif final. Il s’agit de faire preuve de créativité et de faire des choix personnels, de prendre des décisions éclairées et d’apporter des changements significatifs au comportement, qu’ils soient infimes ou importants.

Les organisations du patrimoine culturel sont souvent très visibles et respectées au sein de leurs communautés et donc particulièrement bien placées pour jouer un rôle de premier plan dans le domaine de la consommation et de la production durables. Les initiatives en matière de durabilité ont déjà pris de nombreuses formes ces dernières années, l’une des mesures notables consistant à assouplir les directives environnementales en matière de collections. Les institutions explorent activement d'autres mesures d'économie d'énergie afin de réduire leur empreinte carbone, telles que la conception de bâtiments respectueux de l'environnement, les sources d'énergie renouvelables, le contrôle passif du climat et la technologie d'éclairage à LED. Pour les restaurateurs, les codes de déontologie professionnels qui guident leur pratique interdisent l'utilisation de matériaux ou de techniques préjudiciables au patrimoine culturel, à l'environnement ou aux personnes. Des recherches sont en cours en ce qui concerne des solutions de chimie dite « verte » et les conservateurs reconsidèrent leur utilisation des ressources et la gestion des déchets générés par les traitements.

Passer à l'action : atteindre le « zéro déchet »

Waste hierarchy pyramid

Une autre initiative viable consiste à introduire le concept de consommation et de production durables dans les événements liés au patrimoine culturel, tels que des sessions de formation, des ateliers ou des conférences. « Zéro déchet » décrit le détournement de tous les déchets non dangereux des sites d'enfouissement ou de l'incinération au moyen d'initiatives visant à éliminer, réduire, recycler, composter ou réutiliser des déchets. Cela implique de considérer l'intégralité du cycle de vie d'un matériau, de son « berceau à sa tombe » - les ressources utilisées pour sa production, sa fabrication, son utilisation, son élimination et l'impact plus large du processus.

Des événements à petite échelle, tels qu'une formation, constituent un point de départ utile pour partager des initiatives « Zéro déchet » avec des collègues. Il s’agit également d’un moyen précieux de tester la manière selon laquelle le « Zéro déchet » pourrait fonctionner à plus grande échelle au sein d'une institution. Un événement « Zéro déchet » vise à éliminer ou réduire tout déchet généré par l'événement et à rediriger autant de déchets que possible vers le recyclage, le compost ou la réutilisation afin de minimiser la quantité de déchets envoyés vers les sites d’enfouissement.
Pour organiser un événement « Zéro déchet », il faut une bonne communication, collaboration et engagement de la part de toutes les parties concernées, notamment des dirigeants, des organisateurs, des partenaires, des fournisseurs, des sous-traitants et des participants. Le fait de prendre des mesures visant à évacuer autant de déchets que possible des sites d’enfouissement repose sur une compréhension de la quantité préalable de déchets générée. Cela commence souvent par un audit ou des moyens de mesure des déchets produits. Lorsque la consommation matérielle ne peut être éliminée, elle exige une planification minutieuse pour réduire la quantité de matériaux consommés, parallèlement à la pensée créative pour sélectionner des matériaux susceptibles d'être réutilisés ou recyclés.

Une initiative « Zéro déchet » sera déployée lors des prochains cours de l'ICCROM en 2019 - Compétences de communication et d'enseignement en matière de sciences de la conservation à Arita, au Japon ; et Planification de nouvelles expositions : conservation, communication, communauté à Vientiane, Laos. Organisateurs du cours et participants seront encouragés à faire des choix réfléchis et à réfléchir à des moyens efficaces de modifier leur comportement afin de limiter la quantité de déchets générée au cours de la formation.

Les avantages de « Zéro Déchet » sont économiques, car ils permettent de réduire les coûts d’exploitation et de soutenir les industries locales ; environnementaux, en réduisant l'utilisation des ressources et la pollution ; et sociaux, en améliorant la réputation et en éduquant les participants.
L'ICCROM est ravi de partager l'initiative « Zéro déchet » avec tous les participants dans le cadre du cours 2019 ! Nous espérons que cette action constituera un point de départ pour susciter de nouvelles idées et découvrir des solutions communes pour une consommation et une production durables dans les efforts de préservation du patrimoine culturel.

Emily Keppel
Maîtrise en conservation des matériaux culturels
Stagiaire auprès de l'ICCROM, Unité Collections

Ce stage a bénéficié du généreux soutien du Darling Travel Grant de la Fondation Gordon Darling.

Gordon Darling Foundation logo