Centre international d'études
pour la conservation et la
restauration des biens culturels
Nouvelles


L'authenticité est un terme nébuleux dans la sphère des métiers de la conservation. D’un point de vue historique, le concept a eu tendance à privilégier les approches matérielles de la pratique de la conservation plutôt que la reconnaissance des valeurs spirituelles et immatérielles d'un lieu ; cependant, la rédaction du Document de Nara, en 1994, a marqué un changement de paradigme. Considéré comme un moment important dans l'histoire de la conservation, le Document élargit le concept d'authenticité et attire l'attention sur la diversité culturelle dans les discours relatifs au patrimoine.

Le responsable du service de coordination pour la recherche en archéologie subaquatique (Servizio per il Coordinatoro Archeologiche Sottomarine, SCRAS), Sebastiano Tusa, a trouvé la mort. Il était à bord du vol 302 d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé peu après son décollage d’Addis-Abeba le 10 mars dernier. Le Dr Tusa était en route pour une conférence sur le patrimoine archéologique subaquatique organisée par l’UNESCO à Malindi (Kenya) le 11 mars.

Les 11 et 12 mars derniers, le Programme Leadership du patrimoine mondial a tenu une réunion à l'ICCROM pour discuter de la coordination du contenu de sa future plateforme Internet intégrée de gestion du patrimoine culturel.

L'ICCROM-Sharjah a organisé un atelier portant sur le rétablissement post-crise des villes historiques dans la région arabe, qui s'est tenu du 24 au 28 février 2019 à Sharjah (EAU). L'événement a réuni des spécialistes d'organisations internationales telles que la Banque mondiale, l'UNESCO, l'ICOMOS, l'ICCROM, UN HABITAT, ainsi que des professionnels et chercheurs universitaires issus des domaines du patrimoine culturel, du développement social et économique, de l'aide humanitaire, de la transformation et de la résilience face aux conflits.

L'ICCROM-Sharjah a organisé un atelier de formation consacré à « l'amélioration des compétences en matière de gestion du patrimoine mondial pour les professionnels du patrimoine » qui s’est tenu à Beyrouth, au Liban, du 8 au 11 février 2019, en partenariat avec le Bureau de l'UNESCO à Beyrouth et la Direction générale des antiquités (DGA) au Liban.

C'est avec une profonde tristesse que l'ICCROM a appris le décès de notre ami et collègue Kevin Kettle. Nous avons eu le privilège de travailler avec lui pendant plusieurs années de collaboration à la conception et la mise en œuvre d'activités conjointes organisées avec l'Organisation des ministres de l'éducation des pays du Sud-Est asiatique - Centre régional d'archéologie et des beaux-arts (SEAMEO-SPAFA) à Bangkok, en Thaïlande, où il a travaillé comme chargé de projet jusqu'en 2013.

Le Centre régional de conservation de l’ICCROM à Sharjah, en partenariat avec l'UNESCO et l'Université de New York Abu Dhabi (NYUAD), a organisé un atelier régional de quatre jours sur la protection et la gestion du patrimoine culturel maritime, côtier et subaquatique, du 28 au 31 janvier 2019.

Le cours international CollAsia sur la conservation des collections photographiques et d’archives s'est tenu avec succès à Ho Chi Minh Ville, au Viet Nam, du 22 novembre au 15 décembre 2018. CollAsia est un partenariat de formation entre l'ICCROM et l'Administration coréenne du patrimoine culturel (CHA) qui vise à améliorer la conservation et l'utilisation des collections du patrimoine en Asie du Sud-Est. Chaque année, un cours est organisé en collaboration avec des institutions des États membres de la région pour aborder un sujet pertinent.

Quinze professionnels issus de quinze institutions différentes se sont réunis pour échanger quant à la meilleure façon de concevoir un programme efficace visant à soutenir les jeunes et leur engagement envers le patrimoine culturel en Afrique. La réunion des experts pour l'Afrique s'est inspirée de l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable, et en particulier des objectifs de développement durable relatifs aux villes et aux communautés, à l'égalité des genres, au travail décent et à la croissance économique.

Et s'il n'y avait plus de collections du patrimoine culturel ?

Et s'il n'y avait plus de livres dans les bibliothèques, plus d'archives, plus d'objets dans les musées, plus d’artefacts précieux dans les édifices religieux, les centres culturels et les autres espaces publics de nos communautés ?
Cela vous importerait-il ?