Le cours MOSAIKON à Sidon a réuni des stagiaires en conservation de mosaïques pour œuvrer à la préservation à long terme des mosaïques stockées.

MOSAIKON participants in Sidon, Lebanon
MOSAIKON participants in Sidon, Lebanon

La Direction générale des antiquités du Liban (DGA), le Getty Conservation Institute (GCI) et le Centre international d'études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM) par le biais de son bureau régional de Sharjah ont annoncé la conclusion d'un cours de quatre semaines à Sidon, au Liban. Le "Chantier de formation MOSAIKON pour la conservation des mosaïques en réserve" a eu lieu du 10 octobre au 4 novembre 2022.

Une cérémonie de clôture le 4 novembre 2022 a célébré la fin de la formation, l'un des derniers cours de MOSAIKON, une initiative de 14 ans menée en collaboration avec le GCI, la Getty Foundation, l'ICCROM et le Comité international pour la conservation des mosaïques (ICCM). Depuis 2008, MOSAIKON aura formé plus de 200 personnes à la conservation des mosaïques provenant de pays du sud et de l'est de la Méditerranée.

Au début de la cérémonie de clôture, le groupe de travail a discuté des résultats du questionnaire qui a permis d’évaluer les stagiaires, notamment sur l’acquisition de compétences pratiques et de principes théoriques pour la préservation des mosaïques en réserve. Dr Aicha ben Abed, coordinateur de MOSAIKON, a donné une conférence sur l'histoire de la mosaïque dans le bassin méditerranéen, expliquant son importance, les divers types de mosaïques et leurs spécificités. À l’issue de la cérémonie, l'architecte M. Sarkis El Khoury, directeur général des Antiquités au Liban, et Dr Zaki Aslan, représentant régional de l'ICCROM pour les États arabes et directeur du bureau de l'ICCROM-Sharjah aux Émirats arabes unis, ont visité le site de formation. Ils ont vu les fragments de mosaïque qui ont été stabilisés et remis en place, ainsi que la structure de stockage qui a été maintenue. L'architecte M. El Khoury et Dr Aslan ont ensuite remis aux stagiaires leurs certificats de participation à la formation, en présence de Mme Livia Alberti et de Mme Cristina Caldi du GCI; ils ont loué leurs efforts et souligné l'importance du suivi des travaux de restauration des mosaïques et du renforcement des capacités nationales en matière de conservation des mosaïques.

"C'était un grand plaisir pour le ministère de la Culture - Direction générale des antiquités d'organiser cette formation avec ses partenaires, surtout après les énormes défis rencontrés au cours des deux dernières années", a déclaré l'architecte M. El Khoury. "L'état de conservation fragile des mosaïques stockées à Sidon nous a conduit à développer des méthodologies de traitement simples, peu coûteuses et durables pour leur stockage à long terme, conformément aux besoins du Liban."

"Depuis plus d'une décennie, l'ICCROM a eu le privilège de travailler avec des partenaires engagés et des participants exceptionnels sur cette initiative MOSAIKON", a poursuivi M. Webber Ndoro, directeur général de l'ICCROM. "Nous sommes heureux de voir ce travail se poursuivre à travers la formation des futurs leaders dans les actions de conservation du patrimoine mosaïque."

Les menaces qui pèsent aujourd’hui sur la conservation des mosaïques sont principalement les nouvelles constructions, les pillages et le manque de professionnels qualifiés pour gérer les besoins d'entretien permanents. Le cours a réuni huit employés de la DGA et deux employés du gouvernement de Jordanie afin de renforcer la capacité des autorités de ces pays à conserver leur patrimoine en mosaïque.

Les stagiaires ont appris par l'expérience pratique une méthodologie différente pour documenter et conserver les mosaïques déposées en utilisant des mortiers de chaux pour les stabiliser et les remettre en place, ainsi que des mesures préventives pour les stocker à long terme.

"C'était un honneur d'organiser ce cours au Liban, l'un des premiers pays où nous avons lancé l'initiative MOSAIKON", a déclaré M. Thomas Roby, spécialiste de projet senior au GCI. "Nous sommes convaincus que les participants au cours utiliseront les connaissances et l'expérience pratique acquises pendant le chantier de formation pour continuer à protéger le patrimoine archéologique vulnérable dans la région pour les années à venir, ainsi que pour encadrer les futurs professionnels de la conservation des mosaïques afin de poursuivre ce travail important."

Trainees applying temporary clay backing to allow a mosaic to be safely turned over and its facing removed
Trainees applying temporary clay backing to allow a mosaic to be safely turned over and its facing removed. Photo: Getty

Des exercices pratiques ont été menés avec les participants à partir d'exemples tirés d'une grande collection de mosaïques déposées du centre-ville de Beyrouth et stockées à Sidon sans aucun support depuis 1998. Après avoir évalué leur mauvais état, un fragment de mosaïque a fait l'objet de travaux urgents consistant à intégrer des supports en mortier et à retirer les revêtements détériorés qui avaient été utilisés des décennies plus tôt. Ces opérations supervisées par les stagiaires se sont terminées par le transfert du fragment vers un prototype d'étagère de stockage en métal pour sa conservation à long terme. Grâce aux compétences et aux connaissances acquises lors de cette expérience, la tâche pluriannuelle de conservation de l'ensemble de la collection de mosaïques de l'ancienne Beyrouth peut enfin commencer dans le lieu de stockage qui a été spécialement construit, 25 ans après leur découverte.

" Nous sommes honorés d'avoir été le point focal de l'ICCROM pour l'initiative MOSAIKON depuis son lancement avec des partenaires engagés en 2008. C'est une grande satisfaction d'achever une décennie de travail avec les pays méditerranéens sur des zones de stockage cachées, souvent négligées, contenant des mosaïques importantes, telles que celles découvertes dans le centre de Beyrouth dans les années 1990", a déclaré Dr Zaki Aslan. "Ces œuvres d'art et d'autres similaires restent des témoignages dont les générations futures, le public et les chercheurs profiteront et dont ils pourront tirer des enseignements. Il est essentiel que l'on poursuive les efforts pour préserver ces chefs-d’œuvres en adoptant des approches méthodologiques que les futurs responsables ayant participé aux cours MOSAIKON continueront sans aucun doute à diffuser."

Si l'achèvement du cours de Sidon fait partie des dernières activités de MOSAIKON, les partenaires de l'initiative continueront à s'engager en faveur de son objectif à long terme, qui est de préserver les mosaïques anciennes dans tout le bassin méditerranéen.

Un autre cours final MOSAIKON pour les mosaïques déposées aura lieu à Byblos, au Liban, à la fin du mois de novembre et sera organisé par le ministère de la Culture du Liban — Direction Générale des Antiquités (DGA).