Ubatuba, une réserve naturelle au Brésil ; Rosetta, une ville côtière égyptienne ; Kerman, une partie du désert de Lut en Iran ; L'île de Tuti située au confluent du Nil blanc et du Nil bleu au Soudan ; et Kasese, en bordure du parc national de Rwenzori en Ouganda : ces cinq points chauds du changement climatique sont les derniers sites d'innovation du projet de développement des capacités en cascade de l'ICCROM, "Net Zéro : le patrimoine pour l’action climatique. " 

Le projet Net Zéro vise à utiliser les connaissances et les pratiques traditionnelles des autochtones pour atténuer l'insécurité alimentaire, la dégradation de l'environnement, les émissions de carbone, les migrations forcées et les conflits liés aux ressources.

En s'appuyant sur les rapports scientifiques du GIEC et sur les informations recueillies dans le cadre de Climate.Culture.Peace, un projet international de renforcement des connaissances qui a rassemblé 113 pays, le programme Aide d’urgence et résilience pour le patrimoine culturel en temps de crise (FAR) de l'ICCROM a développé cette initiative inédite.

Les connaissances autochtones et les connaissances locales, l'adaptation basée sur les écosystèmes et l'adaptation basée sur les communautés se retrouvent souvent dans les stratégies et les actions d'adaptation efficaces et peuvent ensemble générer des changements durables transformateurs. Les mesures de gouvernance qui tiennent compte de manière transparente de la science et des connaissances autochtones peuvent favoriser cette coproduction.

— GIEC, "Changement climatique 2022 : Impacts, adaptation et vulnérabilité".

Organisé avec le soutien de la Swedish Postcode Foundation, le projet Net Zéro associe la recherche empirique et la formation, l'essai sur le terrain de stratégies d'atténuation et d'adaptation, la sensibilisation, ainsi que des activités d'élaboration de politiques. Dans la première phase en cours, la recherche sur le terrain combinera les cartes du système d'information géographique (SIG) et les données recueillies lors d'entretiens, d'enregistrements d'histoires orales et d'enquêtes documentaires.

Avec l'aide d'une équipe multidisciplinaire de 10 spécialistes de la région, issus des domaines de la réduction des risques de catastrophes, de la science du climat et de l'environnement, de la planification urbaine, de l'aide humanitaire et du développement, de la communication, de la consolidation de la paix et de l'anthropologie, l'ICCROM a développé un modèle de formation avec des éléments d'apprentissage fondamentaux. Des conférences préenregistrées, des consultations individuelles pour chaque équipe et des ateliers de renforcement des compétences sont quelques-uns des divers modes d'apprentissage utilisés dans le cadre de ce projet d'une durée de 20 mois.

Quatre nouveaux professionnels ont été désignés pour aider les sites d'innovation en tant que "sherpas" afin de mettre en œuvre une recherche solide et inclusive, suivre les progrès, aider à communiquer les résultats et assurer la liaison avec l'équipe ICCROM-FAR pour promouvoir le travail effectué sur les sites d'innovation. Les sherpas assureront un échange de connaissances intergénérationnel en impliquant des groupes de jeunes au niveau local et international.

Les évaluations participatives de la vulnérabilité et des capacités (EVC) et la co-création sont au cœur du projet. L'objectif global est d'identifier les approches et les conditions dans lesquelles la conservation du patrimoine menée par les communautés peut devenir un vecteur d'action climatique et de développement durable.

Découvrez les cinq sites d'innovation Net Zéro

Site 1 : Ubatuba, BRÉSIL

Brazil
Ubatuba, Brazil. Source: UNICAMP

Ubatuba, au Brésil, est une réserve naturelle située près de São Paulo, l'une des villes les plus peuplées des Amériques et un centre d'affaires très actif. Riche en ressources hydriques, Ubatuba est principalement couverte par la forêt tropicale atlantique et est bordée par 100 km de côte. Ce projet exploitera les connaissances détenues par les communautés quilombolas locales marginalisées sur la préservation de la diversité des cultures dans la région du quilombo Caçandoca d'Ubatuba. Grâce à des recherches vérifiables, l'équipe de projet développera des systèmes d'inventaire et des banques de semis d'espèces indigènes pour atténuer l'insécurité alimentaire. L'équipe qui dirige ce projet comprend des représentants de la communauté de Quilombola et du laboratoire d'archéologie publique (LAP) du centre d'études et de recherches environnementales de l'État universitaire de Campinas (UNICAMP). Ils seront soutenus par des partenaires locaux, dont le comité sur le changement climatique et le patrimoine de l'ICOMOS-Brésil, le secrétariat de l'agriculture et de l'approvisionnement de l'État de São Paulo (IAS), le Centro Nacional de Monitoramento e Alertas de Desastres Naturais — CEMADEN et le département d'histoire de l'université d'État de Goiás.

Egypt
Rosetta, Egypt. Source: EHRF

 

Site 2 : Rosetta, ÉGYPTE

Rosetta, ou Rashid, est une ville portuaire du delta du Nil et un site du patrimoine mondial. Rosette est connue comme le lieu où la pierre de Rosette a été trouvée. Aujourd'hui, la ville est affectée par la montée du niveau de la mer et l'augmentation de la salinité de l'eau du fleuve. Net Zéro documentera et analysera les pratiques architecturales vernaculaires et les méthodes traditionnelles de pêche afin de réduire les impacts du changement climatique sur la vie et les moyens de subsistance de la communauté locale. En partenariat étroit avec les organisations de pêcheurs des villes portuaires égyptiennes — dont Rosetta, Alexandrie, Damiette et Port Saïd — le projet sera mis en œuvre par la Fondation pour le sauvetage du patrimoine égyptien (EHRF), en collaboration avec la section communautaire et environnementale de l'université du Caire et l'Autorité nationale de télédétection en Égypte.

 

Site 3 : Désert de Lut, IRAN

Iran
The Lut Desert, Iran. Source: NDRI

Le désert de Lut, ou Dasht-e-Lut, est le premier site naturel iranien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Également connue comme l'endroit le plus chaud de la planète, la région souffre de périodes de sécheresse prolongées. Sur ce site innovant, le projet atténuera la pénurie d'eau en faisant revivre l'ancien système de gestion de l'eau, le qanat. En outre, le projet permettra à une équipe dirigée par des femmes de planter des tamarix afin d'améliorer la séquestration du carbone, de réduire la désertification et de renforcer la paix et la sécurité. Le projet est conçu par l'Institut de recherche sur les catastrophes naturelles (NDRI) en partenariat étroit avec l'organisation communautaire (CBO) de Gojino, qui sera le principal facilitateur sur le terrain.

 

Site 4 : île de Tuti, SOUDAN

Sudan
Tuti Island, Sudan. Source: ​​SUDTT

L'île de Tuti est située au confluent du Nil blanc et du Nil bleu au Soudan et est entourée par les métropoles de Khartoum, Omdurman et Khartoum Nord. Au cours des dernières décennies, l'île a connu une hausse des températures, des sécheresses prolongées et des précipitations irrégulières, ainsi que des inondations cycliques et une élévation du niveau de la mer. En partenariat avec Studio Urban, l'Université de Khartoum, Resurgence et le PNUD, le Sudan Urban Development Think Tank (SUDTT), qui dirige ce projet, s'efforce d'améliorer le système d'alerte précoce communautaire existant — Taya — sur l'île de Tuti en associant les connaissances locales à la technologie moderne. Grâce à ce projet, l'équipe créera un système de prévision localisé et complet dans et autour de l'île afin d'atténuer l'impact des inondations.

 

Site 5 : Kasese, OUGANDA

Uganda
River Kabiri, Uganda. Source: CCFU

La rivière Kabiri traverse le district de Kasese en Ouganda, entre le site culturel sacré d'Ekyisalhalha Kya Kororo et la limite du parc national des Monts Rwenzori, un site du patrimoine mondial. Au cours de la dernière décennie, les crues destructrices de la rivière Kabiri, provoquées par l'irrégularité des précipitations et la fonte rapide des glaciers des Monts Rwenzori, ont bouleversé la vie et les moyens de subsistance des communautés des basses terres, telles que les Bakonzo. L'équipe qui dirige ce projet est composée de dirigeants communautaires de la communauté Bakonzo et de la Cross-Cultural Foundation of Uganda (CCFU), une ONG locale. En partenariat étroit avec les autorités locales du district de Kasese, l'institution culturelle des Bakonzo, connue sous le nom d'Obusinga Bwa Rwenzururu, et l'Uganda Wildlife Authority (UWA), l'équipe de projet exploitera les connaissances et les expériences de la communauté Bakonzo pour planter et préserver des espèces végétales indigènes afin de maximiser la séquestration du carbone, de contrôler l'érosion des berges et d'améliorer la biodiversité dans la région.

Net Zéro : le patrimoine pour l'action climatique comprend quatre phases

  • Phase 1 : Analyse de la situation et collecte de données
  • Phase 2 : Atelier en présentiel
  • Phase 3 : Mise en œuvre du projet
  • Phase 4 : Symposium international

Au cours de la phase 1, les équipes de ces cinq sites d'innovation mèneront des recherches qui contribueront à l'élaboration d'histoires climatiques propres à chaque lieu. Au cours de la phase 2, ces histoires climatiques permettront d'élaborer des stratégies d'atténuation et d'adaptation dans le cadre d'un atelier en présentiel, qui sera testé sur le terrain au cours de la phase 3 du projet. Au cours de la phase 4, les résultats de l'ensemble du projet Net Zéro seront diffusés lors d'un symposium en ligne auquel participeront les partenaires de Net Zéro et de Climate.Culture.Peace de l'ICCROM.

Restez à l'écoute pour d'autres découvertes sur les sites d'innovation.