Centre international d'études
pour la conservation et la
restauration des biens culturels
Apprendre la conservation du patrimoine…

Apprendre la conservation du patrimoine en temps de COVID

Que pense la prochaine génération de professionnels de la conservation de l'apprentissage à l'époque du COVID ?

What do the next generation of conservation professionals think about studying in the time of COVID?

Les étudiantes Eleonora Sermoneta et Amber Bhatty partagent leurs idées sur les défis et les priorités associés à l'étude de la conservation du patrimoine pendant une pandémie mondiale.

L'année dernière, alors que la bataille contre le COVID-19 faisait rage, nous avons participé à un webinaire intitulé Heritage Conservation Learning in the COVID World, organisé par l'ICCROM, l'Université Athabasca et l'IIC. Reconnaissants d'avoir eu l'occasion de réfléchir à la perturbation de nos études provoquée par la pandémie, nous avons décidé de nous adresser à nos collègues étudiants du monde entier pour nous assurer que leurs préoccupations et leurs expériences étaient également représentées.

À l'époque, les institutions patrimoniales et d'enseignement du monde entier avaient été contraintes de fermer leurs portes, ce qui leur rendait difficile de continuer à servir leurs communautés. En particulier, la fermeture des universités a entraîné un manque de possibilités d'apprentissage pratique pour les étudiants en conservation, tandis que les stages dans les musées n'étaient plus possibles.

Les établissements d'enseignement et les étudiants ont dû s'adapter rapidement à cette nouvelle réalité et adopter l'apprentissage et l'engagement en ligne. La courbe d'apprentissage a été abrupte pour tous ceux qui ont tenté de relever des défis imprévus. Pour beaucoup, le processus d'adaptation se poursuit.

Grâce aux médias sociaux, nous avons pu offrir aux élèves une plateforme de discussion et de débat, l'objectif étant d'amplifier leur voix. Écouter leurs histoires nous a permis de comprendre comment la pandémie affectait et affecte leurs études et leurs attentes pour leur avenir professionnel.

Les résultats de nos recherches

S'il est généralement admis que la théorie de la conservation peut être apprise en ligne, presque tous les étudiants qui se sont exprimés estiment que l'apprentissage en ligne n'est pas un substitut lorsqu'il s'agit des éléments plus pratiques de la conservation du patrimoine. En conséquence, presque tous ont donné la priorité à un retour à l'apprentissage pratique et à la nécessité de consacrer du temps supplémentaire au laboratoire lorsque les circonstances le permettent.

De même, de nombreux étudiants s'inquiètent des limites imposées aux placements professionnels et aux possibilités de bénévolat, et certains demandent qu'on les aide à trouver des solutions de rechange aux placements traditionnels. Les étudiants ont notamment reconnu qu'un manque d'expérience pratique pourrait affecter leur employabilité après le programme COVID.

Pour certains étudiants, la situation a eu des effets positifs, comme les connaissances qu'ils ont pu acquérir grâce à un accès accru aux nouvelles ressources en ligne, notamment les webinaires et les cours et conférences virtuels. Ils ont également pu consacrer plus de temps à des activités intéressantes telles que la recherche approfondie, les compétences numériques ou la documentation.

Les résultats de notre recherche sont discutés plus longuement dans Investigating Heritage Conservation Students' Priorities in the COVID and post-COVID World, qui est publié dans le journal de l'Institut international de la conservation, News in Conservation.

La transcription des questions de l'auditoire et des réponses du panel du webinaire vaut également la peine d'être consultée. Elle aborde les préoccupations des étudiants concernant les lacunes en matière d'expérience pratique, la gestion des attentes des employeurs et les obstacles à l'accès aux TIC et aux possibilités de formation virtuelle.

Comment les étudiants s'adaptent

Depuis le webinaire, le monde a connu une deuxième et, dans certains cas, une troisième vague de COVID-19, chacune apportant son lot de nouveaux défis. Les étudiants en conservation du patrimoine, tout comme les éducateurs, les praticiens et les institutions du secteur, continuent d'apprendre de nouvelles façons de s'adapter et de faire face à l'incertitude permanente.

Une approche qui s'est avérée fructueuse pour nous a été de rechercher une communauté en ligne - des forums dans lesquels nous pouvons interagir avec nos pairs et apprendre d'eux, rester en contact avec le secteur et même nouer de nouvelles amitiés précieuses. Au moins, la pandémie a montré que la communauté de la conservation est solidaire, même dans la sphère numérique.

Les étudiants doivent également prendre part aux discussions sur l'avenir de l'apprentissage de la conservation du patrimoine dans le monde post-pandémique. Dans cette optique, un deuxième webinaire conjoint ICCROM-Université d'Athabasca-IIC, Pandemic insights : revealing the essential of heritage conservation, aura lieu le 24 juin 2021 à 17h (Rome, Italie).

Nous sommes impatients de poursuivre la discussion à cette occasion !

Eleonora Sermoneta étudie la gestion des ressources patrimoniales à l'université d'Athabasca, en Alberta, au Canada, et travaille comme programmeur d'apprentissage au Royal Alberta Museum.

Amber Bhatty termine un Master en pratique de la conservation à l'Université de Cardiff, au Pays de Galles.

En savoir plus sur le webinaire de l'année dernière

Heritage Conservation Learning in the COVID World a réuni une communauté d'éducateurs et d'étudiants internationaux pour discuter de leurs expériences au cours de la première vague de COVID-19.

Le webinaire était animé par José Luiz Pedersoli Jr, ICCROM, le professeur Shabnam Inanloo Dailoo, Athabasca University, et le professeur Jane Henderson, IIC.

Parmi les orateurs figuraient

  • Fiona Graham, tutrice, Conservation, Programme de gestion des ressources patrimoniales, Université d'Athabasca ; professeur auxiliaire, Programme de conservation des œuvres d'art, Université Queen's,
  • David Cohen, professeur adjoint, Faculté des arts et des lettres, Universidad de los Andes, Colombie.
  • Terry Little, maître de conférences, Ahmadu Bello University, Nigeria ; conseiller principal, Trust for African Rock Art, Kenya.
  • Sagita Mirjam Sunara, professeur adjoint, département de conservation-restauration ; vice-doyen des arts, des sciences, de la collaboration internationale et des ECTS, université de Split, Croatie.
  • Satish Pandey, professeur associé et chef du département de la conservation de l'art, Institut national des musées, Inde.
  • Eleonora Sermoneta, Étudiante, Programme de gestion des ressources patrimoniales, Université d'Athabasca ; Programme d'apprentissage pour adultes, Royal Alberta Museum, Canada.
  • Amber Bhatty, étudiante, MSc Conservation Practice, Université de Cardiff, Royaume-Uni.