International seminar addresses the issue of heritage on fire

Environ 500 professionnels et étudiants du secteur du patrimoine, entre autres, se sont réunis au Musée national de l'histoire du Brésil pour participer au séminaire international Le patrimoine en feu : qui sera le prochain ? - Gestion des risques d'incendie concernant le patrimoine culturel (26-28 juin, Rio de Janeiro). Le séminaire a abordé la question urgente de la façon dont il est possible de réduire efficacement les pertes du patrimoine culturel entraînées par les incendies.

Organisé par l'ICCROM, en collaboration avec l'IBRAM (l'Institut brésilien des musées) et l'ICOM Brésil (le Conseil international des musées), en partenariat avec le British Council, le Bureau de l'UNESCO au Brésil, l'IPHAN (l'Institut du patrimoine historique et artistique national) et le Musée national du Brésil, le séminaire a bénéficié d'une vaste sélection de contributions émanant de 17 experts internationaux, ainsi que de l'ICOM et l'ICCROM.

Dans son discours d'ouverture, le Dr Webber Ndoro, Directeur général de l'ICCROM, a réaffirmé que les incendies constituent un risque important pour le patrimoine culturel et a souligné qu'il importe de donner la priorité à la fois à la maintenance et à un suivi adapté comme moyens efficaces de prévention des incendies pour les biens patrimoniaux. Se référant à l'incendie dévastateur survenu au Musée national du Brésil, en septembre 2018, le Dr Ndoro a plaidé pour que cette tragédie soit considérée comme un événement positif, qui offre une leçon importante et une occasion de réfléchir de manière critique à la manière d'éviter ou de réduire la répétition de tels événements à l'avenir. Il a remercié les autorités brésiliennes du patrimoine ainsi que d'autres institutions partenaires pour leur soutien précieux et opportun à l'organisation du séminaire et a réaffirmé l'engagement de l'ICCROM de continuer à travailler avec ses États membres sur ce sujet crucial.

International seminar addresses the issue of heritage on fire

Les sessions techniques du séminaire ont débuté avec la présentation du responsable de projet de l'ICCROM, José Luiz Pedersoli Jr., relative aux dernières statistiques sur les incendies survenus au Brésil, au Canada, en Chine, au Japon et en Suède. Les données apportent la preuve concrète que le feu affecte continuellement le patrimoine culturel du monde entier. Au Québec, les bibliothèques canadiennes subissent en moyenne trois incendies par an, les biens culturels japonais en moyenne quatre par an, et les sites de reliques de la culture chinoise cinq incendies par an. Pendant ce temps, les incendies dans les bâtiments culturels suédois sont en moyenne de six par an, alors que les musées canadiens et les musées brésiliens dans l'État de São Paulo comptent en moyenne neuf incendies par an. Selon les orateurs suivants, les moyennes sont encore plus élevées pour les bâtiments et musées classés du Royaume-Uni et des États-Unis. Compte tenu de la taille de la population d'actifs patrimoniaux dans chaque cas, la probabilité estimée d'incendie par actif individuel sur une période de 30 ans varie entre 1 % et 40 %.

Les statistiques montrent également que les incendies sont principalement imputables à des pratiques dangereuses, des défaillances électriques ou techniques des systèmes de bâtiment ou d’autres équipements : elles ont été à l’origine de 42 % des incendies en Suède, de 60 % au Canada et de 71 % en Chine. De tels feux peuvent être efficacement empêchés par un entretien adéquat et des mesures de sécurité appropriées, a déclaré Pedersoli.                  

Irene Karsten, de l'Institut canadien de conservation (ICC), présente des analyses quantitatives des risques qui montrent que le feu est une priorité absolue en ce qui concerne les biens patrimoniaux au Canada si l'on se réfère aux autres risques. Des résultats similaires ont été obtenus par Pedersoli au Brésil. Karsten a également présenté des résultats quantitatifs démontrant que les mesures de réduction des risques d'incendie, bien que souvent plus coûteuses, comptent parmi les options les plus rentables eu égard à la protection des biens du patrimoine culturel.

Aparna Tandon, responsable de projet à l'ICCROM, a souligné la menace accrue que font peser sur le patrimoine culturel matériel et immatériel les incendies de grande envergure, affectant des zones plus peuplées ou des sites du patrimoine. Cela inclut les incendies de forêt chaque fois plus importants et fréquents, dus au changement climatique. Dans ce cas, la coordination intersectorielle et la participation de la communauté sont essentielles pour renforcer la résilience et réagir efficacement. Profitant de sa participation au séminaire, Tandon a dirigé un atelier d’une journée dédié à la Coordination et coopération entre agences pour un patrimoine résilient aux catastrophes. Au Brésil, cette activité pionnière a rassemblé plus de 25 participants représentant des agences de réduction des risques de catastrophe et de gestion des urgences, ce afin de débattre de la meilleure façon d’intégrer le patrimoine culturel à la planification de la gestion des risques de catastrophe aux niveaux national et local.

Survey result
Click to Enlarge

Le séminaire a également abordé le sujet polémique de l'utilisation des sprinkleurs comme moyen de protection du patrimoine culturel. Les professionnels du patrimoine pensent généralement que les risques de dégâts des eaux dus à la défaillance desdits sprinkleurs sont supérieurs aux risques de dégâts liés aux incendies. Cela provient peut-être de malentendus concernant le fonctionnement des systèmes de sprinkleurs, leur fiabilité et l’ampleur relative de chaque risque. Il est par exemple courant de penser que toutes les têtes de sprinkleurs se déchargent simultanément, entraînant le soi-disant « effet Hollywood ». Le taux de décharge accidentelle des sprinkleurs, de l’ordre de 1 sur 16 millions, n’est pas largement connu. Cependant, le risque de dommages causés par un incendie à un bien patrimonial est de plusieurs ordres de grandeur supérieur à celui des dégâts localisés causés par l'eau suite à la défaillance d'une tête de sprinkleur. C’est la raison pour laquelle les grandes institutions patrimoniales telles que l'ICC et le Smithsonian recommandent de manière systématique l’utilisation de sprinkleurs dans le but de protéger les biens patrimoniaux, appliquant elles-mêmes totalement cette recommandation. Au cours des discussions du séminaire, un sondage en ligne a évalué l'opinion du public (voir le graphique). Il est intéressant de noter que les résultats montrent une évolution significative vers l’acceptation des sprinkleurs dans les zones de collections patrimoniales si l’on se réfère aux précédentes enquêtes menées par l’ICCROM.

International seminar addresses the issue of heritage on fire

Les séances plénières du séminaire ont couvert avec succès un large éventail de sujets liés à la gestion des risques d’incendie concernant le patrimoine culturel, allant de la législation et des politiques aux ressources les plus récentes en matière de sécurité incendie ; des premiers secours / du rétablissement / du redémarrage à la mise en œuvre d’une culture du risque d’incendie dans les organisations du patrimoine. Plusieurs études de cas ont été présentées et les leçons importantes apprises dans le cadre de chacun de ces cas ont été partagées. Une visite au Musée national du Brésil et une présentation faite par sa directrice adjointe, Mme Cristiana Serejo, ont permis de mieux comprendre les mesures de rétablissement en cours et l'avenir de cette institution patrimoniale de premier plan.          

International seminar addresses the issue of heritage on fire

Le dernier jour du séminaire, un forum de spécialistes a réuni le groupe international d’experts participant à des discussions approfondies et ciblées sur les principaux défis que la protection du patrimoine culturel doit relever face au feu, ainsi que sur les meilleures solutions à apporter pour les surmonter. Cinq axes thématiques ont été abordés par le groupe, lesquels incluaient :

  1. la législation et les politiques,
  2. la sensibilisation et l'information,
  3. la recherche concernant la sécurité incendie et la technologie pour le patrimoine culturel,
  4. la préparation, l'intervention et le rétablissement,
  5. une culture de prévention.

     

Cela a abouti à un ensemble de recommandations, actuellement en cours de consolidation, lesquelles seront bientôt publiées par les organisateurs. Avec les publications relatives au séminaire, elles apporteront un résultat concret pour soutenir les changements de politique et assurer une large diffusion des données. Restez connectés !

États Membres représentés : Brésil, Canada, Chili, États-Unis, Guatemala, Royaume-Uni, Suède