Centre international d'études
pour la conservation et la
restauration des biens culturels
Aide d’urgence au patrimoine culturel…

Aide d’urgence au patrimoine culturel en temps de crise

Début du cinquième cours international sur l’aide d’urgence au patrimoine culturel en temps de crise

first_aid_1« J'aimerais me préparer à la récupération et à la reconstruction du patrimoine culturel de Mossoul » déclare Layla Salih, participante irakienne au cinquième cours international sur l’aide d’urgence au patrimoine culturel en temps de crise (FAC) qui a commencé aujourd'hui au Smithsonian Castle, Washington DC, États-Unis.  Dispensé dans le cadre du programme pluripartenaire de l'ICCROM sur la gestion des risques et des catastrophes, le cours FAC vise à améliorer les capacités nationales, régionales et locales pour protéger le patrimoine culturel pendant les crises complexes et de longue durée.

Les urgences complexes ont des causes multiples et se caractérisent par de lourdes pertes, des risques pour la sécurité, des perturbations politiques et civiles, et des obstacles à l'aide humanitaire. De telles urgences nécessitent des réactions nationales ou internationales coordonnées, qui vont bien au-delà du mandat ou de la capacité d'une agence unique.

First aid to cultural heritage during complex emergencies

Dans ces circonstances, il est extrêmement difficile de protéger le patrimoine culturel. Néanmoins, les communautés affectées luttent pour protéger leur patrimoine culturel en dépit de l'adversité, car ce patrimoine est source d'espoir, garant du lien avec le passé et d'un sentiment d'identité.

La formation FAC souligne que toutes les mesures prises pour préserver et récupérer le patrimoine culturel devraient s'aligner étroitement sur les principes moraux d'humanité, de neutralité, d'impartialité et d'indépendance. Afin de promouvoir cette idée dans la pratique, l'ICCROM a identifié une série de principes directeurs et un cadre d'actions qui suivent de près les mesures préconisées pour une réponse humanitaire (voir le document-cadre).

À l'occasion de l'ouverture du cours, M. Stefano De Caro, Directeur général de l'ICCROM, a déclaré : « L'ICCROM s'implique depuis une dizaine d'années dans l’aide d’urgence au patrimoine culturel, avec des organisations partenaires estimées telles que la Smithsonian Institution. Il s'agit d'un domaine complexe, et notre propre expérience montre dans quelle mesure l'ICCROM sera nécessaire pour que ce type de formation se consolide en discipline et pratique établies. »

Richard Kurin, administrateur suppléant et sous-secrétaire des musées et de la recherche à la Smithsonian Institution, a aussi déclaré : « Nous sommes très fiers de notre collaboration avec l'ICCROM pour les ateliers d’Aide d’urgence pour le patrimoine culturel en crise au fil des ans. Il s'agit d'une extension naturelle de l'Initiative de sauvetage culturel de la Smithsonian Institution. Nous nous réjouissons de partager nos locaux et l'expertise de notre personnel avec nos collègues internationaux au cours du mois qui va suivre. »

Après la formation, les participants sont invités à soumettre des propositions de projets à réaliser dans leurs pays respectifs. Les propositions sélectionnées recevront des subventions de départ du Programme de réponse à l’urgence culturelle du Fonds du Prince Claus des Pays-Bas. L'objectif est d'améliorer le degré de préparation et la réaction face aux urgences du patrimoine culturel, tout en mettant les personnes au cœur des premiers secours culturels dans le monde. Depuis le lancement du cours, les participants ont suivi plus de 40 ateliers dans 17 pays.

Le cours FAC 2016, qui durera cinq semaines, est organisé en partenariat avec l'Initiative de secours culturel de la Smithsonian Institution, le complexe de musées et de galeries d'art du Smithsonian, et d'autres institutions nationales des États-Unis. Ces dernières incluent le Centre du patrimoine culturel de l'Université de Pennsylvanie, le Service des parcs nationaux (National Parks Service, NPS), l'Administration nationale des archives (National Archives and Records Administration, NARA), la Croix-Rouge des États-Unis, la Garde nationale et le Département d'État des États-Unis. L'ICCROM-ATHAR, le Fonds du prince Claus et l'antenne néerlandaise de l'UNESCO ont également apporté leur soutien à la réalisation de cours.

Les 21 participants du cours proviennent de 18 pays. Bon nombre d'entre eux ont une expérience de première main de la protection du patrimoine culturel dans des situations d'urgence. Tous veulent apporter une première réponse de protection du patrimoine culturel en cas d'urgences complexes, affectant plusieurs aspects du pays.

États-membres représentés:  Albanie, Canada, Chili, Égypte, Géorgie, Inde, Iraq, Italie, Malawi, Népal, Pays-Bas,  Nouvelle Zélande, Nigéria, Norvège, Qatar, Seychelles, Espagne, Sri Lanka, Suisse, Syrie, Ukraine, Émirats arabes unis, États-Unis d’Amérique, Zimbabwe

First aid to cultural heritage during complex emergencies

VOIR EGALEMENT:

LIENS EXTERNES