Centre international d'études
pour la conservation et la
restauration des biens culturels
Gestion du patrimoine culturel pour…

Gestion du patrimoine culturel pour renforcer la résilience des zones d’habitation traditionnelle

Gestion du patrimoine culturel pour renforcer la résilience des zones d’habitation traditionnelle

Lancement d'un atelier sur la compréhension des personnes, de la nature et de la culture, le 4 février 2021

Ces dernières années, l'Asie du Sud-Est a été touchée par des catastrophes imprévisibles causées par des risques naturels, tels que des inondations, des tsunamis, des tremblements de terre, des incendies et des tempêtes tropicales. La région abrite des formes inestimables et significatives de patrimoine culturel, allant du patrimoine matériel, comme les collections des musées et des archives, les monuments anciens et les sites archéologiques, au patrimoine immatériel, comme les coutumes, la musique, l’artisanat et les modes de vie traditionnels. Si les dommages peuvent parfois être considérables et parfois irréversibles, il existe des moyens d'atténuer les risques, de renforcer la résilience et de s'adapter aux réalités changeantes. Dans cet esprit, le deuxième atelier de formation sur la gestion des risques de catastrophes pour le patrimoine culturel en Asie du Sud-Est a débuté par une session inaugurale le 4 février 2021.

Le thème de l'atelier est « Comprendre les personnes, la nature, la culture : Gestion du patrimoine pour renforcer la résilience des zones d’habitation traditionnelle ». Organisé conjointement par l'ICCROM et la SEAMEO-SPAFA en collaboration avec l'Université Ritsumeikan de Kyoto, au Japon, cet atelier se tient pour la première fois entièrement en ligne.

L’atelier abordera les défis et les possibilités d'accroître la résilience des zones d’habitation patrimoniales à travers la gestion des risques de catastrophe et l'adaptation au changement climatique. Grâce à la collaboration avec le Programme de leadership du patrimoine mondial dirigé par l'ICCROM et l'UICN, l’événement entend améliorer les pratiques inhérentes à la conservation de la culture et de la nature par le biais de la Convention du patrimoine mondial. Grâce aux outils et méthodologies établis sur la gestion des risques de catastrophes, cet atelier cherche également, pour la première fois, à mettre en application le cadre de connaissances pour une approche basée sur le lieu de la gestion du patrimoine culturel qui est en cours de développement dans le cadre du Programme de leadership.

Quinze sessions interactives en ligne seront menées par des personnes-ressources qui jouissent d’une longue expérience dans le domaine de la conservation du patrimoine culturel, de la gestion des risques de catastrophes et de l'adaptation au changement climatique pour le patrimoine culturel aux niveaux régional et international. Vingt-quatre professionnels en milieu de carrière d'Asie du Sud-Est, d'Asie du Sud et d'Afrique travaillant dans les secteurs de la conservation du patrimoine culturel, de la gestion des risques de catastrophes et de l'environnement participent à cette formation.

Dans son discours inaugural, le directeur général de l'ICCROM, Webber Ndoro, a réitéré l'engagement de longue date de l'ICCROM envers le renforcement des capacités en matière de gestion des risques de catastrophe et d'adaptation au changement climatique pour le patrimoine culturel. Il a également souligné l'importance d'utiliser de telles initiatives régionales pour consolider la collaboration Sud-Sud.